Web Reporter

Report > Lou Doillon + Elvis Perkin

publié le 7 décembre 2015 -  Catégorie : Web Report

La parenthèse musicale qu’il fallait à notre samedi soir.

 

Lou Doillon a su trouver les bons mots pour nous réconforter et nous faire comprendre encore une fois qu’être en vie c’est le meilleur qu’on puisse avoir.

Des histoires et des belles paroles pour son public, elle reçoit et donne aussi beaucoup. Elle aimerait prendre un moment pour chacun de nous, et on aimerait à coup sûr boire un verre avec elle. Mais une tournée étant ce qu’elle est, à peine ses valises posées, il faut déjà repartir. Hier à Grenoble, demain à Paris. Mais ce samedi soir c’était chez nous, à Besançon, alors on en profite. Avec Lou on chante, on danse, on rit. Elle a cette voix qu’on aimerait entendre encore et encore et cette chose qui fait d’elle une belle personne, qui nous rappelle qu’elle aussi a des défauts. Mais selon ses propres dires, avoir une guitare lui permet de ne pas étrangler les gens.

 

Les chansons s’enchaînent, physiquement Patti Smith, vocalement Cat Power, et pourtant un style tellement propre, des mélodies folk et des paroles en anglais qui pourtant nous font entendre de la chanson française.

Les textes très personnels et les anecdotes qu’elle glisse à chaque fin de chanson nous font sourire. On sent qu’avec les temps qui courent, que le besoin de partager et de donner aux autres est dominant à la peur. Lou nous prévient de la seule règle en vigueur ce soir « On n’emmerde pas son voisin ». La politesse était de rigueur ce soir à la Rodia. L’envie de vivre aussi.

On l’applaudit. Elle nous sourit et conclut par un « merci ».

 

Allons définitivement au concert.

 

Léa Delage