Actualités

Report > Salut c'est Cool + Too Many Zooz + DBFC + Projet Mosaïc du CAEM

publié le 30 mai 2015 -  Catégorie : Web Report

Ce sont quatre concerts, quatre univers musicaux, qui ont rythmé la scène de la Rodia ce samedi 30 mai 2015.

La salle de concert a posé les bases avec le collectif du CAEM et DBFC avant de finir en apothéose avec Too Many Zooz et Salut c'est Cool.

 

Projet Mosaïc du CAEM

Pour ouvrir le bal, quoi de mieux que les membres du Projet Mosaïc de l'école de musique CAEM ? Le collectif composé d'une vingtaine de musiciens a donné le ton en débutant par une reprise de Feeling Good de Nina Simone. Par ailleurs, ce sont différentes voix qui se sont passées le micro pour revisiter des titres incontournables sur la scène des musiques actuelles, passant par Viva La Vida de Coldplay ou As de trèfle. D'un côté un orchestre de cordes composé d'altos, de violons et de violoncelles, de l'autre un mixte guitare-basse-piano-batterie, le tout accompagné de chant. C'est sur un subtil mélange de sonorités orchestrales et contemporaines, que ces deux mondes opposés ne formaient plus qu'un sur la scène.

 

DBFC

Nouveau groupe, nouvelle formation. C'est en seconde partie que le club DBFC a enchanté le public, dirigé par le producteur et remixeur Dombrance, accompagné de David Shaw à la guitare, Guillaume Rossel à la batterie, et Antoine Reininger à la basse. Leur nonchalance sur scène n'est qu'un prétexte pour prendre au ventre le spectateur, jouant sur les sonorités pour finir sur un death growl maîtrisé. Le quatuor emblématique adopte sous ses allures de groupe rock la dance-house, et le Disco sur un texte pop. Un mélange des genres auquel le public ne semblait cependant pas prendre entièrement part. Pour autant, une certaine cohésion entre les membres du groupe s'est fait ressentir notamment, lorsqu'ils reprenaient leur refrain en chœur sur un rythme presque hypnotique.

 

Too Many Zooz

La première note est lancée, déjà le public est déchaîné. Originaires du métro New Yorkais, les Too Many Zoozont véritablement su transporter le public dans leur univers musical. Á force de trompette pour Matt Doe, de saxophone baryton pour Leo P, et de batterie et percussions en ce qui concerne David « roi de boues » Parcs, les trois musiciens réinventent la musique électronique. C'est un concert tout en rythme qu'il m'a été donné de voir pour faire danser le public sur leurs airs de musique Brasshouse, aboutissement du mélange des genres jazz, hip-hop, techno, soul et  funk.

 

Salut c'est Cool

Pour finir la soirée c'est un concert survolté que nous a proposé le groupe Salut c'est Cool. C'est une nouvelle performance jouant sur le ridicule et le kitsch qui les caractérisent tant, que les quatre musiciens ont offert sur la scène de la Rodia. Au plus proche de son public, Salut c'est Cool s'est mêlé à lui le faisant monter sur scène à différentes reprises pour le plus grand plaisir de ses fans. Artistes pour certains, de mauvais goût pour d'autres, les opinions divergent, cependant tout le monde s'accorde pour dire qu'une véritable énergie se dégage des musiciens. Plus qu'un véritable sens aux paroles, sur fond de musique électronique, de ce groupe se manifeste un réel dynamisme.

 

Nolwenn PETIT