Web Reporter

Report > Thee Oh Sees + Yonatan Gat

publié le 5 juin 2015 -  Catégorie : Web Report

 Cette soirée de folie a débuté tout en douceur par un coucher de soleil sur la terrasse de la Rodia. C’est ensuite au premier étage que le splendide carnage a commencé. Nous sommes entrés dans une salle sombre, mystérieuse et intrigante. Nous étions tous en cercle autour des artistes, seul un projecteur les éclairait. Cette ambiance aurait pu nous faire penser à une séance de méditation ou à une sorte de réunion de secte.

Tout y ressemblait, sauf le bruit évidemment. Et oui, nous étions bien à mille lieux d’être plongés en plein silence. Le public a vite compris que les bouchons d’oreilles étaient de rigueur pour ce soir-là.

Nous étions dans un tout autre univers, dans une parfaite ambiance rock garage, immergés dans un univers étrange et complètement délirant. Délirant à tel point que le chanteur, transpirant de toute part s’est tout d’un coup majestueusement renversé une bouteille d’eau sur le crâne.  Aucun répit pour nos yeux, aucun répit pour nos oreilles, et nous avions à peine le temps de siffler ou d’applaudir.

On peut véritablement dire que le groupe Yonatan Gat a cassé la baraque, ou plutôt la Rodia. L’énergie époustouflante de ce groupe a subjugué l’ensemble du public et nous a littéralement fait tourner la tête.

 

Et à ce moment-là, la soirée était bien loin d’être terminée. Une petite pause sur la terrasse de la Rodia et une bonne boisson à la main qui n’était pas de trop pour se rafraîchir de cette ambiance brûlante. Nous avons ensuite enchaînés avec les Thee Oh sees. Thee Oh Sees, le groupe de Rock  considéré comme le plus grand au monde par une bonne partie de la presse spécialisée. Un concert du feu de dieu. Croyez-moi, ça a déménagé ! Du son incroyable, un professionnalisme hors pair et une ambiance complètement déjantée.

Les Thee Oh Sees nous avaient préparé une bonne recette bien violente qui a su nous décaper les tympans. Il n’y avait pas une seule personne qui ne hochait pas la tête de façon mécanique, à la manière d’un robot envoûté par l’incroyable son de ces trois dieux du Rock. C’est à ce moment-même que l’on pouvait clairement se rendre compte du pouvoir de la musique et de ce qu’elle peut procurer. Il suffisait de tourner la tête un instant, sortir un moment de sa bulle pour s’apercevoir que tout le public était dans la même sorte de transe musicale.

Bref, ce n’était vraiment pas le soir à rester devant sa télé, ou à glander. C’était bel et bien le rendez-vous de folie qu’il ne fallait pas rater !

Amandine Dumont