Actualités

Report > Holy Two + Zerolex + Inclose + Sorg & Napoleon Maddox

publié le 19 mars 2015 -  Catégorie : Web Report

Le jeudi 19 mars, la Rodia ouvrait les portes du Club pour accueillir quatre concerts et un public en folie. Bien qu’on retrouvait peu de monde en début de soirée, la salle s’est petit à petit remplie, pour un concert qui s’annonçait complet. En dehors des quatre prestations, on pourra retenir deux choses : déjà le temps qui était très agréable et qui nous a permis de pouvoir patienter sur la terrasse entre les concerts, mais aussi le mix au bar, qui est toujours autant d’aussi bonne qualité, avec des titres de Brodinski, entre autres.

 

En ce qui concerne les concerts, c’est Holy Two qui ouvrait le bal avec un concert assez intimiste, où on pouvait sentir une réelle connexion entre le groupe et son public. La voix chaude et presque soul de la chanteuse nous a complètement absorbé dans leur univers, qu’on pourrait qualifier de cotonneux, ou encore doux. Le sommet de cette prestation était certainement leur magnifique reprise du très connu Lisztomania du groupe Phoenix, qu’on peut d’ailleurs retrouver sur le bandcamp du groupe.

 

Ensuite, changement d’ambiance avec Zerolex, un quart du groupe Cotton Claw, qu’on a déjà pu voir à la Rodia en janvier. Set puissant, beats qui font bouger le public : on en attendait pas moins de ce jeune Français de 21 ans. En groupe ou en solo, Zerolex a toutes les clés en main pour permettre à tous les amateurs et connaisseurs de musique de bouger pendant ses concerts. A la moitié du set, Napoleon Maddox est venu sur scène pour accompagner le beatmaker le temps d’un titre. Seul bémol à nos yeux : les rythmes étaient comme « cassés » de temps en temps et on ne savait plus sur quel pied danser.

 

On assiste ensuite au début de Sorg & Napoleon Maddox, mais après deux titres, on se rend compte qu’on a préféré le moment où ce dernier est apparu sur scène avec Zerolex.

 

Enfin, on revient pour le dernier concert de la soirée. Sur scène : tout le matériel, avec en plus six télévisions, ce qui nous rappelle immédiatement le merveilleux set de Shit Robot pendant Détonation en septembre. Le qualificatif qui correspond le plus à ce concert est certainement « explosif », car en effet, dès son entrée, Inclose a comme lâché une bombe sur le public qui s’est mis à bouger, gigoter ou encore danser, sans s’arrêter jusqu’à la fin de la soirée. On retiendra surtout les rythmes et sonorités qui nous transposaient presque dans des épopées, ou encore les voix qui répétaient « Inclose » à la fin de son set, juste avant qu’il revienne une dernière fois.

 

 

 

 

 Jules Blondeau & Felix Sosnowicz