Actualités

Report > Peace

publié le 25 février 2015 -  Catégorie : Web Report

21h, nous apercevons des lueurs chaudes émanant d’une salle de concert que nous connaissons bien.

C’est avec anxiété que nous avançons vers celle-ci, un jour de semaine, durant les vacances, le devant de la scène risque d’être vide.

Le bar s’offre à nous, et finalement le temps d’attente est long, les barmans ne savent plus où donner de la tête.

Il y a foule, nous sommes vraiment mauvaises langues.

 

The W.A.N. sait faire danser son public, l’ambiance générale est bonne enfant, nous assistons à une fin de concert dynamique. Le groupe est en osmose avec les spectateurs.

 

Le temps d’une bière et d’une clope, l’installation pour Peace se termine.

Nous retournons dans la salle et reconnaissons l’emblème du quatuor anglais sur leur batterie.

Les musiciens montent sur scène, tous typés du fameux style british des années 60, et cette nonchalance bien connue au Royaume-Unis. Un concert très rock N’roll est attendu.

 

S’enchaînent : Money, Happy people, Lost on me, titres incontournables de leur dernier album Happy People.

 

Si Dominic Boyce (à la batterie) est tout sourire, présente sur son visage la satisfaction d’être avec nous et semble vouloir nous faire passer un moment agréable, les autres membres du groupe nous montrent des regards absents, une présence scénique moindre, et la sensation de participer à une répétition fortuite du groupe se fait sentir.

 

La seule complicité que nous pouvons déceler entre les membres, est celle entre Harrison Koisser (au micro) et Samuel Koisser (à la basse), les deux frères, ce dernier n’ayant pas daigné regarder le public une seule fois.

Le dernier, Douglas Castle (à la guitare) est complètement déconnecté, il est enfermé dans son jeu, sa tête, et reste même à l’écart des autres membres.

 

Malgré une prestation plutôt décevante et un nombre de spectateurs inférieur au concert précédant, les fans les plus assidus du groupe semblent très enjoués. Ca bouge dans tous les sens, ça crie, ça danse, et les yeux s’illuminent.

 

L’heure avance, un chuchotement presque inimaginable sur la scène, les musiciens s’accordent sur quelque chose. Le rappel.

Une musique se termine, ils font mine de s’en aller, la chose est évidente.

Et c’est avec enthousiasme qu’ils déboulent à nouveau sur scène, avec cette fois plus d’entrain. Mais que s’est-il passé derrière les rideaux noirs ?

 

Lovesick, I’m a girl, World Pleasure, sont les seules musiques que nous avons donc réellement apprécié car un lien est né entre PEACE et les spectateurs. 

 

 

Marion Lang - Alizée Adam